L’AOC et le vin

L’AOC et le vin

L’AOC et le vin

 

Salon OFF La Renaissance des appellations, Vinexpo Bordeaux 2015

AOC Beaujolais, AOC Bourgogne, AOC Bordeaux Supérieur… Tout cela vous dit sûrement quelque chose. Mais savez-vous faire la différence entre l’AOC et l’AOP ? Et comment les obtient-on ?

AOC, AOP, quelle est la différence ?

L’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) : Elle est reconnu lorsque toutes les étapes de production d’un produit sont semblables à un même savoir-faire unique dans une zone géographique donnée, caractérisant ainsi le produit.

 

L’AOP (Appellation d’Origine Protégée) : C’est tout simplement l’équivalent de l’AOC, désignant un produit, mais reconnu dans tous les pays de l’Union Européenne.

 

Même si ces deux appellations désignent les mêmes produits, elles ont malgré tout une petite différence, leur origine. L’AOC est française, et l’AOP européenne.

 

Leurs origines

Les vins d’appellations d’origine contrôlée, ainsi que l’organisme, l’INAO, qui les définit, protège et contrôle, ont été créé en 1935 par un décret-loi de l’Etat, relatif à la défense du marché du vin.
L’élaboration d’une réglementation européenne a ensuite été inspiré par la politique française de valorisation des produits agricoles.
Ainsi, les labels régionaux sont donc plus harmonisés. L’AOC a donc pour équivalent en Europe l’AOP.

 

Cette appellation est active depuis le 1 mai 2009, et est présente sur tous les produits européens dont les étapes de production sont tenues à un savoir faire reconnu, à un cahier des charges bien précis, et dans une zone géographique donnée.

 

Cependant, afin de mieux aider le consommateur à s’y retrouver, tous les produits portant l’AOC doivent dorénavant ne porter que l’AOP, exception faite pour les vins, qui gardent le droit de porter également l’AOC.

 

Un goût de bouchon ?

L’INAO, l’organisme qui délivre le label comme dit précédemment, a fêté ses 80 ans en avril dernier.
Cependant, beaucoup de viticulteurs sont mécontents de ce que l’appellation est devenue, et la remettent en cause.

 

En effet, pour eux, la délivrance de l’AOC est devenue trop laxiste, et ne corresponds plus aux normes environnementales auxquelles ils aspirent.
La production de masse et l’utilisation des pesticides dans les vins délivrés AOC ne convient plus avec leurs préoccupations.

 

Cette discorde ne date pas d’aujourd’hui puisque que déjà en 2006, l’Etat avait décidé de « remettre à plat » le système AOC.
A la suite de ça, ce sont créer de nombreuses associations comme La Renaissance des Appellations, ou Sève, en guise d’accompagnement.

 

Aujourd’hui, les problèmes sont toujours là.
L’appellation ne semble donc plus être un signe de qualité auprès des consommateurs, selon ces vignerons défenseurs de leurs produits et de leurs terroirs.

 

 

D’autres produits, autres que le vin, sont également reconnus sous ses appellations, comme le fromage, l’huile d’olive, les fruits et légumes, la viande…

Aucun Commentaire

Les Commentaires sont fermés.

btnimage