Lire les étiquettes des fromages : les informations utiles

Etiquettes des fromages

Lire les étiquettes des fromages : les informations utiles

Apparues en 1870, les étiquettes des fromages ont à la fois un rôle informatif et marketing. En effet, elles ne doivent pas seulement présenter le produit, son origine, sa fabrication, son producteur… elles doivent également inciter les consommateurs à l’acheter. Parce qu’elles sont obligatoires, les étiquettes des fromages doivent comporter des mentions légales et utiles. Découvrez ce que vous devrez trouver sur cette fiche d’identité.

 

Bien plus qu’un beau design

 

Les étiquettes des fromages sont souvent illustrées de belles images : d’une vache avec son petit, d’une brebis, d’une chèvre, parfois des paysages de son lieu de fabrication ou d’un portrait de la famille du producteur. Le but est de donner aux consommateurs une idée de l’origine du fromage. Par exemple : fabriqué à la ferme, dans une région montagneuse, avec du lait de vache, du lait de chèvre ou du lait de brebis, etc. et de leur donner envie d’acheter le produit.

 

Les mentions obligatoires

 

Comme toutes les étiquettes alimentaires, celles des fromages sont régies par la loi (règlement UE n° 1169/2011 ainsi que le décret du 27 avril 2007). Ainsi, certaines informations doivent impérativement y figurer afin d’assurer la protection des consommateurs.

  • La dénomination de vente. Il s’agit du nom du fromage « AOP » ou « AOC » si le fromage est labellisé ainsi que des précisions sur les critères certifiés et l’organisme certificateur soit sur l’étiquette soit par le moyen d’une impression indélébile sur la croute du fromage
  • L’origine du lait (sauf pour les produits AOP ou BIO). Elle est obligatoire depuis le 1er janvier 2017, c’est-à-dire une indication de l’espèce animale si le fromage provient d’un lait autre que celui de la vache
  • La nature du traitement thermique du lait : lait cru, lait pasteurisé ou thermisé
  • La liste des ingrédients. Elle permet de savoir si le fromage contient des produits allergènes. C’est le cas de l’œuf, du chlorhydrate de lysozyme ou de l’E 1100. Dès lors cette mention devient utile et obligatoire
  • La teneur en matière grasse par 100 g de produit fini selon l’article 20 du décret du 27 avril 2007
  • Les conditions de conservation qui évoque l’environnement optimal (température, humidité, etc.) Exemple : à conserver à… °C dans un endroit…
  • Le poids net
  • La date de durabilité minimale (DDM) et/ou la date limite de consommation (DLC) optimale présentées comme suit : à consommer de préférence avant le…
  • Le numéro du lot. Cependant, selon l’article R.412-4, il peut ne pas y figurer si la DDM ou la DLC est mentionnée clairement
  • Les valeurs nutritionnelles. Cette mention est obligatoire depuis le 13 décembre 2016
  • La marque ou le nom du producteur ainsi que ses coordonnées
  • Le code barre : il permet de tracer le produit

Bon à savoir

Pour les fromages fabriqués de manière traditionnelle ou les fromages destinés à la coupe comme le comté ou les tommes, le poids net ainsi que la liste des ingrédients peuvent ne pas être mentionnés sur les étiquettes.

Ainsi, avant d’acheter votre fromage, ne vous laissez pas tenter par le design de l’étiquette. Par ailleurs, sachez que plus la liste des ingrédients est longue, plus il y a de conservateurs.

 

Pourquoi ces informations sont-elles utiles ?

 

Ce n’est pas un hasard si les étiquettes des fromages sont réglementées par la loi, car leur utilité pour les consommateurs est incontestable. En effet, elles permettent de :

  • Identifier le fromage : le producteur n’est plus forcément le distributeur, il est normal que le consommateur sache d’où vient le produit qu’il achète. Pour cette raison, les informations qui y figurent doivent être claires, lisibles et ne pas prêter à confusion.
  • Tracer le fromage : en cas d’alertes sanitaires, les autorités compétentes peuvent immédiatement avoir toutes les informations sur le fromage afin de le retirer du marché ou de réprimander le producteur
  • Rassurer le consommateur : le taux de matière grasse exprimé désormais par 100 g de produit fini a réconcilié les adeptes des régimes minceurs avec le fromage.

 

Quelques points de vigilance

 

Les étiquettes de fromage ne doivent pas comporter les mentions suivantes :

  • Des propos à vocation publicitaire qui différencient le fromage des autres produits de même nom ou de même famille
  • Des vertus soi-disant curatives du produit

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

btnimage