Primeurs 2014 : est ce une bonne affaire ?

Primeurs 2014 : est ce une bonne affaire ?

Primeurs 2014 : est ce une bonne affaire ?

Primeurs 2014

Comme chaque année au mois de mai, c’est la période des primeurs, et elle bat son plein en ce moment. Alors, 2014 est -il un bon millésime ? Est-ce conseiller de l’acheter ? Et à quel prix ?

 

 

La vente en primeurs

Acheter des vins en primeurs, ça signifie payer une bouteille deux ans à l’avance, avant qu’elle soit embouteillée, en échange d’une réduction sur le prix. C’est un système qui permet tant à l’acheteur qu’au producteur d’en tirer profit.

 

En effet, pour qu’un système soit productif, il faut que les deux parties en tire un bon avantage. Ainsi, l’acheteur se voit attribuer une ristourne sur l’achat de son vin, et le producteur a en retour une trésorerie positive, ce qui lui permet de terminer à bien la production de son vin.

 

Afin de savoir si un millésime est bon en avance, des oenologues réputés dans la profession dégustent les vins et donnent leurs avis sur ces derniers. Cette période de dégustation dure environ une semaine.

C’est ensuite courant du mois de mai que les prix sont donnés aux particuliers et négociants.

 

Bon millésime

Selon Pr Denis Dubourdieu, directeur de l’Institut de la science de la vigne et du vin à Bordeaux, le millésime 2014 s’avère être une bonne année. En effet, ça sera un vin de garde, contrairement aux dernières années plutôt médiocres. « Les vins blancs secs et liquoreux sont excellents, les rouges plutôt réussis », affirme t’il. Les vins rouges 2014 sont assurément meilleurs que ceux de 2013.

 

Ce millésime se révèle donc être inattendu avec une maturité tardive des raisons qui a produit de très bons vins. Cependant, malgré ces éloges, il n’arrive pas à égaler les années exceptionnelles que furent 2005, 2009 et 2010, faute à un été maussade.

 

La production par régions

Toutes les régions ne se valent pas, et le climat y est donc différent. Certains vins sont forcément meilleurs que d’autres, en fonction des conditions climatiques que le raisin a subit.

 

Par exemple, Pomérol et Saint-Emilion, sur la rive droite de Bordeaux, ont bien su résister aux mauvaises conditions climatiques de 2014, et se révèlent, à l’élevage, très aromatisés et d’un classique bordelais.

 

En Médoc, malgré une maturité très tardive, faute à une mauvaise période estivale mais grâce à une belle arrière saison, ses vins se révèlent classiques, avec cependant une forte dose de tannins, mais relevé par une acidité préservée. Un équilibrage parfait qui assure un très bon millésime.

Les prix

Les prix des primeurs 2014 ont été très discutés. Les années 2009, 2010, 2011 et 2012, ayant été jugées trop chères, tout se joue alors sur cette nouvelle année, qui pourrait bien remettre en question tout le système si les prix ne baissent pas.

 

Qu’apporterait donc à l’acheteur le fait d’acheter un vin en primeur et de le retrouver moins cher sur une foire au vin les années d’après ? Un manque à gagner évident ! Tous les prix n’ayant pas été encore diffusés, nous ne pouvons pas émettre un avis global sur le sujet, mais espérons pouvoir acquérir quelques bouteilles de ce beau millésime à des prix concurrentiels.

 

Et vous, pensez-vous acheter en primeur ?

 

Crédit photo : Le vin parfait

Aucun Commentaire

Les Commentaires sont fermés.

btnimage